Close

18 septembre 2019

Les baies suédoises

La Suède est riche de baies qui poussent à l’état sauvage. Profitez de l’été et de l’automne pour les découvrir au cours de vos promenades. Si vous n’en trouvez pas en forêt, tous les supermarchés en vendent tout au long de l’année, alors n’hésitez pas à les goûter.


Vous trouverez ci-dessous une présentation des plus populaires :


La première de ces baies est l’argouse, havtorn en suédois, à ne pas confondre avec l’arbouse. Elle pousse sur l’argousier, arbrisseau épineux de la famille des Éléagnacées. De belle couleur orange vif, elle a un petit goût acidulé. Sa richesse en vitamines A, B1, B2, C, E, F, K et P, en acides aminés, oligo éléments, magnésium… fait qu’elle est beaucoup utilisée en médecine traditionnelle sous forme d’huile et de crème. Mais vous pouvez la déguster culinairement sous forme de sirop, de confiture, de gelée ou de pâte de fruit.
Vous la trouverez le long des plages de l’Uppland à Norrbotten. Elle murit à la fin de l’automne. Vous pouvez la congeler.

Une autre baie est l’airelle, lingon en suédois, à ne pas confondre avec sa cousine américaine la canneberge qui se différencie dans sa récolte et sa forme. Elle pousse sur un arbrisseau de la famille des Ericaceae aux feuilles vertes persistantes et très résistants au grand froid. Par contre, elle pousse mal lorsqu’il fait trop chaud. L’arbrisseau fleurit de mai à septembre et on peut récolter ses fruits de juillet et octobre. C’est une baie d’un beau rouge vif au goût acide.
Elle a de nombreuses vertus thérapeutiques contre les infections des voies urinaires et biliaires, elle est a aussi un rôle bienfaisant sur les rhumatismes ou la diarrhée et a des vertus diurétiques. Elle est aussi délicieuse en cuisine. Si jamais vous n’avez pas le temps de la cuisiner après
la cueillette, vous pouvez la congeler et l’utiliser plus tard ou la sécher. Elle se transforme en confiture, sauce, …

Vous pourrez aussi trouver au cours de vos promenades la fameuse baie polaire, dont le nom Français est plaquebière, ronce des tourbières en canadien ou hjortron en suédois. Vivace de la famille des rosaceae, elle est typique des pays nordiques. Elle pousse sur un arbuste vivace à feuilles caduques. Les premiers fruits apparaissent au printemps polaire et on les récoltent jusqu’en juillet. Cette baie supporte les grands froids mais elle est sensible à la chaleur et a besoin d’ensoleillement. Elle se trouve essentiellement à l’état sauvage. De couleur orangée, elle est riche en vitamine C et elle a un goût âpre. Elle se mange en confiture, jus, tarte ou liqueur. Les suédois en sont très friands.

Pour finir, la quatrième baie, mieux connue des français, est la myrtille ou blåbär en suédois, très facile à trouver dans les sous bois. Elle pousse sur des arbrisseaux de la famille des Ericaceae comme l’airelle. Elle a une belle couleur bleu-noir ou bleu-violacé. Elle est juteuse et moelleuse avec un goût acidulé. Elle est riche en fibres et vitamine C. Elle fleurit en mai et juin et se cueille de juin à septembre. Elle aussi a des vertus thérapeutiques, elle améliore l’acuité visuelle et les problèmes de diarrhée. Vous pouvez la congeler, la sécher, la manger sur des tartes ou bien faire des confitures pour agrémenter vos tartines pendant l’hiver.

Pour accompagner vos pièces de viandes blanches, élan ou tout simplement des pommes de terres en robe des champs, je vous propose une recette très simple de sauce aux airelles.

Sauce aux airelles


500 g d’airelles fraîches,
100 ml d’eau,
300 g de sucre en poudre.

  • Mettre à bouillir dans une casserole l’eau et les airelles. A l’ébullition, baisser le feu et
    laisser cuire 8 minutes. Enlever si nécessaire l’écume qui se formera au-dessus des fruits.
  • Ajouter le sucre, le faire dissoudre puis reprendre à petite ébullition pendant 8 minutes.
  • Remplir des pots stérilisés au 2/3.
    Cette sauce se gélifie un peu et prend la consistance d’une compotée.
    Elle peut se conserver au réfrigérateur pendant quelques mois.
    Si jamais vous n’aviez pas le temps de la faire pendant votre été, en hiver, j’achète des
    airelles surgelées et cela fait très bien l’affaire. Cependant pensez à adapter les quantités
    d’eau et de sucre en fonction du poids des airelles ☺))

par Marine Letort

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *